Notre site utilise des cookies. En poursuivant la navigation vous accepter ceux-ci.

Paroisse Jean XXIII

DEFINITION des BESOINS
Conduisant au projet de Maison Paroissiale

I - EVOLUTION GENERALE où s’inscrit nos besoins

Toutes les Paroisses des Diocèses de l'Eglise Catholique en France ont changé. Elles se définissent comme « une communion de communautés chrétiennes » (groupement de communautés) et par conséquent, regroupent plusieurs lieux de Culte (Eglises) et paroisse anciennes. Il s'ensuit une réorganisation des locaux concernant l'hébergement des prêtres, les différentes animations de formation, d'accueil, d'administration. Un lieu et une maison sont choisis comme Maison Paroissiale centrale (bureaux, archives, réunions) conservant, en proximité des quartiers, un minimum d'accueil appelé Relais.

Notre Paroisse comprend 5 Relais : Relais Saint Jean, Relais Saint Bruno, Relais Sacré Coeur, Relais Saint Pierre, Relais Sainte Claire

Le Relais Saint Jean, plus central géographiquement, rend le service de Maison Paroissiale : lieu de croisement de personnes et d'animations.

II - SITUATION ACTUELLE du RELAIS

 

  1. Actuellement, le relais dispose de 2 appartements aménagés en bureaux et salles de réunions au pied de l'immeuble du n°1, de la rue Charles Lory, auxquels est adjoint un petit appartement organisé pour un secrétariat et les archives de catholicité et historique de l'ensemble de la Paroisse, et enfin un appartement de logement qui vient d'être vendu.

Si cette insertion est bien vécue, elle présente les inconvénients suivants :

  • l'immeuble est fait pour des logements, et des rencontres enfants, jeunes ou adultes apportent une certaine nuisance en bruit le soir et exige une limitation.
  • le stationnement des voitures pour les participants ou familles est devenu pratiquement impossible
  • la distance d'avec l'église et son jardin, limite les temps de détente, mais plus particulièrement des activités à l’église ou la chapelle
  1. Par ailleurs, l’église et son jardin ne sont ouverts que très peu de temps, au moment des célébrations et offices : messes, célébrations, mariages, fêtes des sacrements, concerts, et reste fermés ... comme un bâtiment et un espace inerte, mort.

III - CONSEQUENCES

    La réflexion et l'étude menées par les responsables et les animateurs ont conduit reprendre l'idée primitive des projets de l'Eglise : un bâtiment dans le périmètre de l’église dont l'Association Diocésaine est propriétaire, et conjuguer le plus possible d'avantages qui sont les suivants :

  • besoin de locaux
  • besoin d’espace jardin
  1. Besoins de locaux :
  • Plus vastes et aménagés de manière rationnelle
  • Accessibles facilement par l'axe central du boulevard desservi par le tram et le bus (on a même imaginé : tram mariage entre Mairie - Eglise et parking)
  • Donnant une visibilité plus grande de l’église
  • Suscitant une vie sociale : salles de réunions, rencontres, animations pour l'environnement
  • Possibilité d'accès et stationnement de voitures en relation avec l’église, chapelle qui fait une unité et permet de la tenir plus ouverte pour visite ou recueillement ; ce qui est très demandé.
  1. Besoins d'un espace jardin :
  • Offrant une possibilité de détente en toute sécurité pour les personnes et particulièrement les enfants suscitant une vie et animation dans ces lieux
  • Conservant un espace forum abrité, très utile pour les familles lors des funérailles, mariages, concerts et réunions de quartier

C’est à la fois un recentrement des activités ecclésiales s’ouvrant à d'autres rencontres et aussi un point d'animation sociale. Nous avons dans cet optique, demandé l'étude d'un projet ; pour nous il n'est pas figé. Nous désirons savoir comment traiter ces besoins dans un projet qui s'intègre le mieux possible avec vos soucis d'urbanisme, de manière harmonieuse. Comment travailler avec vous pour répondre aux différents paramètres.

Ceci nous paraissait urgent, compte tenu de l'avancement des travaux du boulevard, et c'est pour cela que nous avons essayé et insisté pour avoir une concertation. Nous sommes attelés la question depuis presque 2 ans, et nous avons engagé la vente   d'appartements pour avancer.

Père Jacques Reydel
.